AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
heartbreaker
☽ inscription : 08/12/2017
☽ messages : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Sam 16 Déc - 20:06

ULTRAVIOLENCE
ft. @S. Noah Evans
La nuit tombe, ça se voit, y a que les néons qui éclairent les routes puis y a moi dans la nuit qui encore une fois suis destinée à traîner. Pour une fois, j'tarde pas, j'sais où m'diriger. J'me trouve maintenant dans la bagnole d'un des gars que j'connais vite fait. Celui-là roule assez rapidement, s'fout totalement de ce qui peut arriver après. Quant à moi, j'flippe pas. N'importe qui pourrait vouloir s'casser avant même d'arriver à destination mais moi franchement, c'est loin d'être mon intention. J'me sens bien avec ce gars-là, il a rien de perturbant ni de gênant. Au contraire, il est facile à vivre, sait s'montrer toujours présent. C'est l'un de ceux que j'apprécie atrocement mais qui se refuserait de l'entendre, du coup, j'lui dis rien à c'sujet.

Enfin descendue, j'fonce dans le premier endroit venu. À première vue, y a pas grand monde. Pourtant, à cette heure-là, ça devrait être rempli. C'pas le cas, tant mieux dans un sens, ça m'laisse de quoi profiter du lieu dans sa totalité. J'décide de prendre un verre vite fait puis j'vais m'installer dans l'un des canapés. Ici, y a du rouge un peu partout, j'suis affalée désormais dans l'un d'entre eux, aux côtés d'ce mec puis un autre débarque sans même que je ne le connaisse. Avec eux, j'me soucie de rien. J'me mets à boire sans arrêter jusqu'à ce que l'envie de m'éclipser m'vient. J'leur dis j'reviens plus tard avant d'me barrer. J'vois d'plus en plus trouble, les effets s'intensifient au point même où j'prends de quoi cogner et j'tape sur la première bagnole venue. Après tout, personne risque d'me repérer et dans l'état que j'suis, j'y pense même pas.

Ce que j'ignore à l'instant même où j'frappe de toutes mes forces dedans, où j'prends plaisir à détruire, c'est que quelqu'un m'a remarqué de loin. J'ai aucun doute sur c'fait-là, du coup, j'continue encore un peu. Quand l'un des mecs qui m'accompagnaient s'met à m'tirer, histoire de m'enlever de cette bagnole qui désormais ne ressemble plus à grand chose, j'lui répète encore un peu, juste encore un peu, j'en ai besoin. Arrêtes d'me retenir, putain.

Tout ça pour que je me réveille vers trois heures du matin dans une chambre qui n'est pas la mienne, bordée dans des draps plutôt chauds, où j'm'y sens bien. Tellement bien que j'demande rien. J'cherche même pas à savoir où j'me trouve. J'ferme les yeux et m'rendors peu à peu.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
coeur gangster
☽ inscription : 10/10/2017
☽ messages : 177
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Dim 17 Déc - 22:15


ULTRAVIOLENCE
DANS LAQUELLE TU T'ELANCES
▬ you’ll never know what hit you, won’t see me closing in, I’m gonna make you suffer, this hell you put me in, I’m underneath your skin, the devil within, you’ll never know what hit you ▬

C’est encore une de ces nuits où je me fonds dans l’obscurité, où je deviens ombre discrète dans les rues de North Rock Springs. A l’heure où tous les chats sont gris, entre chiens et loups, où les néons flirtent avec les derniers rayons de lumière fuyants. Ma voiture garée à l’écart du lieu de rendez-vous, à l’abri. Et je me glisse avec aisance dans les ruelles obscures, je me faufile sans bruit et m’adosse contre un mur. Je suis le premier arrivé, mais mon client ne devrait pas tarder. Au fond de ma poche, un petit sachet de poudre. Salvatrice aux yeux du demandeur, mais finalement sournoisement destructrice. Poussière magique à laquelle je n’ai jamais touchée malgré le nombre de paquets que j’ai manipulé. Un léger bruissement me fait relever la tête, pour voir arriver Sam, un habitué qui fait souvent appel à moi. Notre échange se fait naturellement, des gestes fluides, précis, imperceptibles pour un œil non-aguerri. Je repars le premier, un petit paquet de billets à la place de la marchandise.

Je ne me suis pas absenté longtemps, et les rues étaient désertes, mais un boucan sans nom m’interpelle. De la tôle froissée, du métal qui se plisse, et puis des éclats de voix.

- encore un peu, juste encore un peu, j'en ai besoin. Arrêtes d'me retenir, putain.


Je fronce les sourcils, aiguise mon regard monochrome pour essayer de distinguer les silhouettes que je vois s’agiter sur le parking. Silhouettes qui s’éloignent, alors que je réalise que c’est là où j’ai garé ma Mustang. Je cours dans sa direction. Le constat est sans appel. Le capot tout cabossé, la peinture éraflée. La colère qui grimpe dans mes veines à toute vitesse. Faut pas toucher à mon bébé. Jamais. J’interpelle les ombres au hasard, la rage qui fait porter ma voix bien assez loin pour qu’ils m’entendent :

- Eh ! J’vous jure que vous allez me le payer bande de connards !


C’est là que tu te retournes. Furtivement. Quelques secondes, qui me suffisent à capter ton visage, l’imprimer sur mes rétines. Tu sais pas ce qui t’attends.

Je grimpe dans ma voiture, mets le contact, et je démarre. La filature, ça me connaît, alors dans la nuit, je reprends la direction que t’as emprunté, et je te traque. T’es ma proie, et je te laisse gentiment filer pour mieux te rattraper. T’es accompagnée d’un mec, il a l’air flippé, il marche super vite. Vous finissez par entrer à l’Ivory. Je coupe le contact. Et j’attends. J’attends, quelques heures, mais tu ne ressors pas. Le type qui t’accompagnait par contre, si. Je sors de ma caisse, et j’ai même pas le temps de l’interpeller qu’il se barre en courant. Mais j’ai pas le temps de lui courir après. C’est toi que je veux choper. Je mets la capuche de mon sweat sur la tête, et j’entre. C’est pas franchement fréquenté ce soir. Je demande une chambre, et on me file la clé sans broncher. Dans les couloirs, je vérifie chaque porte. Y’en a une qui s’ouvre. La tienne, que l’autre abruti n’a pas pu refermer puisqu’il devait te laisser la clé. A pas de loup, je me glisse à l’intérieur. Ton corps se dessine sous les draps. Je m’assois sur le lit, et tu remues un peu.

- J’te dérange pas trop j’espère.

Il est trois heures du mat’, et je parle aussi fort qu’en plein après-midi. Parfaitement immobile, à quelques centimètres seulement de toi, dans l’obscurité quasi totale.

EXORDIUM.


@Katharina Bloed


rebel my new last name,
wild blood in my veins
Revenir en haut Aller en bas
avatar
heartbreaker
☽ inscription : 08/12/2017
☽ messages : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Sam 23 Déc - 15:57

ULTRAVIOLENCE
ft. @"S. Noah Evans"
J'suis tellement fatiguée que j'capte même pas que quelqu'un s'est posé, tout près, là. J'agis comme une conne sur le coup, j'pourrai pas m'rattraper. En plus de ça, j'ignore réellement ce que j'ai fait, j'aurai certainement aucun souvenir après. J'me repose encore, j'en ai besoin,
personne viendra m'réveiller, du moins, c'est ce que je m'efforce à penser.

Le problème est qu'à peine, j'ouvre les yeux, que j'vois une ombre puis deux. D'un côté, une silhouette sur le mur, j'suis tellement défoncée que j'réagis même pas. J'suis pas foutue d'me dire "merde, barre-toi". Non,
j'en suis incapable. Sauf que lorsque j'entends une voix, ça tourne,
j'ai la vue trouble. Malgré ça, j'fais d'mon mieux, j'ouvre les yeux et regrette alors mon geste.

Putain. C'pas à cause de la défonce que j'voyais des ombres mais bel et bien parce qu'y a quelqu'un. J'le connais pas c'gars, j'sais pas qui il est ni de quel endroit il vient. J'suis bloquée, j'arrive pas à réfléchir, j'sais pas comment agir. J'le regarde, légèrement intriguée puis tente d'garder mon calme. D'façon, j'suis à côté d'la plaque, j'risque pas d'parvenir à m'défendre, désormais.

J'ai envie d'hurler, j'm'en retiens. Sauf que la façon dont il m'parle m'fait grave flipper. En plus d'ça, j'me rends compte que j'suis pas fringuée.

Dans quelle connerie j'me suis encore embarquée, abrutie que je suis.

J'tiens les draps pour pas qu'il me voit puis j'galère à résister, j'me mets à crier tout en restant allongée. J'gueule à m'en niquer la voix, espérant qu'une personne m'entende et vienne au plus vite. Parce que sérieusement, j'ignore ce qu'il va se produire ensuite. En tout cas, j'le sens pas du tout, cette fois.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
coeur gangster
☽ inscription : 10/10/2017
☽ messages : 177
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Mer 27 Déc - 17:19


ULTRAVIOLENCE
DANS LAQUELLE TU T'ELANCES
▬ you’ll never know what hit you, won’t see me closing in, I’m gonna make you suffer, this hell you put me in, I’m underneath your skin, the devil within, you’ll never know what hit you ▬

Tu galères à émerger. Et moi, j’attends patiemment que t’ouvres les yeux, que tu découvres le grand méchant loup qui s’est silencieusement infiltré dans ta chambre. Pourtant j’ai parlé assez fort, mais t’es noyée dans la brume de je ne sais quelle substance illicite. Alcool ou fumette, t’es assez défoncée pour pas réagir de suite en voyant mon imposante silhouette, le cul fermement posé sur ton lit. Et puis je vois dans ton regard, cet éclat de panique, cet éclair de terreur qui te prend le bide alors que tu t’agrippes à tes draps, comme s’ils allaient suffire à te protéger de quoi que ce soit. Un vilain sourire de travers vient étirer mes lèvres, satisfait de mon effet de surprise. Jusqu’à ce que tu te mettes à gueuler comme une cinglée.

Je me jette quasiment sur toi, brutalement, pour plaquer une de mes mains sur ta bouche, t’écraser contre moi de l’autre. Pas question que tu me foutes dans la merde alors que t’as explosé ma caisse. Tu vas payer, et dans les règles.

- Ferme-la ! Je te jure, vaut mieux que tu la fermes !

Ma voix est basse mais autoritaire, presque sifflante de colère. Je te maintiens fermement entre mes bras, t’écrasant presque de tout mon poids, et je tends l’oreille, guettant le moindre bruit à l’extérieur de la chambre qui me mettrait dans une situation plus que délicate. Va falloir que tu te calmes, parce que si tu décides de la jouer comme ça, faudra que je m’y prenne autrement. Et crois-moi, t’as pas envie d’y goûter.

T’es terrifiée, je te sens trembler contre moi. Ca fait jubiler mon côté dominateur. Ca fait frémir mon instinct de prédateur. T’es entièrement à ma merci, et tu vas devoir coopérer. Fallait pas toucher à ma Mustang.

EXORDIUM.


@Katharina Bloed


rebel my new last name,
wild blood in my veins
Revenir en haut Aller en bas
avatar
heartbreaker
☽ inscription : 08/12/2017
☽ messages : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Sam 30 Déc - 17:44

ULTRAVIOLENCE
ft. @"S. Noah Evans"
Pour la première fois de ma vie, croyez-le ou non, j'ai peur. J'tremble, garder mon calme, j'y arrive pas et ça doit suffisamment être le cas pour qu'il ait eu l'idée d's'efforcer à m'la faire fermer. Il a rien d'un gars trop gentil, rien d'un mec incapable d'semer le mal là où il passe. Non, rien de tout ça. Au contraire, un physique imposant face à moi, j'me sens à la limite de l'étouffement.

J'aurai pas du crier. Peut-être que j'serai pas dans cet état. Mais j'pouvais pas rester comme ça sans bouger sans réaction. J'suis dans l'obligation d'lâcher les draps, je ne le quitte plus des yeux, celui-là. Dès qu'il me dit de l'écouter, j'sens qu'il a de la haine à rejeter. J'ai peur et personne ne viendra l'arrêter. Je le sais, j'en suis consciente désormais.

Malgré mon caractère, ma façon d'agir dans ces situations-ci, j'suis seulement apte à la fermer. Rien de plus. J'dois l'écouter comme il me l'a demandé tout en le regardant. J'me demande ce qui a pu s'passer pour qu'il vienne. J'aimerai lui poser la question mais j'sais qu'il n'y répondrait pas ou qu'il m'ferait pire que ce qu'il ose à l'instant. J'me contente donc de le laisser dire ce qui le tourmente tant.

J'suis pas prête de me laisser faire totalement. J'fais en sorte qu'il puisse s'croire totalement puissant à côté d'moi au point où il éviterait d'm'irriter plus qu'il le fait déjà. D'ailleurs, s'il me dit que j'dois lui répondre, ce ne sera pas le cas. Il vient d'me dire de la fermer et ce n'est certainement pas moi qui vais la rouvrir ensuite.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
coeur gangster
☽ inscription : 10/10/2017
☽ messages : 177
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Mer 10 Jan - 21:05


ULTRAVIOLENCE
DANS LAQUELLE TU T'ELANCES
▬ you’ll never know what hit you, won’t see me closing in, I’m gonna make you suffer, this hell you put me in, I’m underneath your skin, the devil within, you’ll never know what hit you ▬

T’as peur. De cette peur qui te prend aux tripes, de cette peur qui tétanise le corps et secoue le coeur. La vraie peur, celle qui naît au creux de l'âme et dont l'écho se répand jusqu'au bord des lèvres. Et dans la pénombre, j’entends ton souffle agité, j’entends ton palpitant paniqué. Et tu lâches les draps. Parce que tu sais que c’est perdu d’avance. Tu sais que tu fais pas le poids face à moi. Tu vois que des ombres, mais la force de mes bras qui te maîtrisent te laisse deviner que t’es pas à la hauteur pour te sortir de là. Je sens tes prunelles terrifiées braquées sur moi. Je vois l’éclat de l’angoisse se refléter dans tes pupilles. Alors tu te tais. Tu capitules, tu fermes la bouche et ton cri se perd dans la paume ma main. Le souffle court, j’écoute attentivement ce qui se passe derrière la porte close de la chambre. Mais y’a pas un bruit. Pas de lumière. Heureusement pour toi. Je murmure froidement :

- Tu t’es bien amusée à éclater ma bagnole j’espère.

C’est pas une question. J’ai pas besoin de réponse. J’en attends même pas. J’ai encore les images désagréables de tes bras qui fracassent le capot de ma précieuse Mustang à l’aide de je sais pas quel outil. Y’avait plein de bagnoles sur ce parking. Mais évidemment, il a fallu que tu t’attaques à la plus belle. Celle dont la peinture noire se fondait dans la nuit. Mais tu vas pas t’en sortir comme ça. Tu peux pas empiéter sur mon territoire, foutre le bordel et repartir les mains dans les poches.

- Va falloir que tu payes pour ça maintenant.

Je m’approche de ton visage, assez pour que nos souffles se mélangent, assez pour que t’entendes la menace frémir dans ma voix. Assez pour t’effrayer davantage. Parce que je suis joueur. Parce que j’aime dominer. Parce que putain, t’as éclaté ma Mustang ! Et j'ai une petite idée qui vient d'éclore dans ma tête. De quoi te donner une bonne leçon.

EXORDIUM.


@Katharina Bloed


rebel my new last name,
wild blood in my veins
Revenir en haut Aller en bas
avatar
heartbreaker
☽ inscription : 08/12/2017
☽ messages : 21
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  Lun 15 Jan - 19:54

ULTRAVIOLENCE
ft. @"S. Noah Evans"
Il m'faut des millièmes de secondes, des centièmes de minutes pour comprendre qu'en fin d'compte, il est pas prêt d'me lâcher. Avoir exploser sa bagnole ? Attends. Qu'est-ce qu'il m'raconte ce gars ? Décidément, j'ai du m'shooter à fond lors de la soirée, j'capte pas ce qui a pu arriver.

En tout cas si je l'ai explosé comme il le prétend, j'ai du bien m'défouler. Ça ne m'aura pas apporté que du mal. Même si à cet instant précis, j'peine à tenir sous les nerfs irrésistibles. J'ai énormément de mal à m'contenir. Même si j'ai soudainement l'envie d'me casser loin d'ici, qu'ce mec m'oublie.

Comme si ce n'était pas assez, il s'rapproche encore plus de moi, de mon visage, le siens face au miens, tout en m'envoyant des menaces. Payer pour tout ça ? Pour une simple voiture ? J'parais si faible et idiote à c'point-là ? Putain, je l'ignorai jusqu'à présent.

J'préfère ne pas imaginer ce qu'il prépare, ce à quoi il pense tout en l'disant. Après tout comme je me le suis promise avant, j'me la ferme. Mieux vaut que j'reste discrète désormais. Mieux vaut pour moi que je ne la ramène pas trop vu qu'ici, j'suis limite enfermée et dans l'impossibilité d'me barrer sans être rattrapée.

Ça y est, l'jeu du chat et de la souris commence. J'me contente d'esquisser un large sourire en guise de compréhension ou de l'inverse tout en le fixant à mon tour droit dans les yeux. Peu importe ce qu'il se dira, j'risque l'pire quoi que j'fasse, moi.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah  

Revenir en haut Aller en bas
 
Ultraviolence dans laquelle tu t'élances ft. S.Noah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gabi Noah quitte l'IKMF
» Perte de sensibilité dans les doigts de pied
» Escalade Dans Les Pyrenees Orientales
» Sunn en vente partout dans le monde
» Grimper dans un arbre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VIOLENT DELIGHTS :: North Rock Springs :: Neutral territory :: Ivory Wolf Motel-
Sauter vers: